Inclusion

Vous êtes cordialement invités à une rencontre
sur l’inclusion sociale, les partenariats intersectoriels
et le « vivre ensemble »!

affichetablerondevivreensemble-3nov

Panélistes et organismes
ayant confirmé leur présence:

  • Jean Dansereau, Prix du Gouverneur général pour l’Entraide 2014, directeur des programmes DI-DP-TSA du CISSS de l’Outaouais; administrateur ‎au C.A . du CNRIS.
  • Dominic Foisy, Professeur au Département de travail social de l’Université du Québec en Outaouais et chercheur associé à la chaire de recherche du Canada en organisation communautaire
  • Vincent Greason, Directeur de la Table ronde des organismes volontaires d’éducation volontaires de l’Outaouais (TROVEPO)
  • Patrick Duguay, Directeur de la  Coopérative de développement régionale de l’Outaouais et des Laurentides (CDROL)
  • Nathalie McSween, Coordonnatrice de la Table de concertation sur la faim et le développement social en Outaouais (TCFDSO)
  • Daniel St-Jean, Directeur du centre 24/7 (Centre pour personnes en état de crise, santé mentale)
  • Maxime Pedneaud-Jobin, maire de la Ville de Gatineau
  • Lise Paradis, Directrice exécutive du Gîte Ami
  • Bato Redzovic, Directeur d’Accueil Parrainage Outaouais, Services d’accueil et de suivi aux nouveaux arrivants dans l’Outaouais
  • Nancy Lamothe, L’Arche Agapè (Déficience intellectuelle)
  • Robert Beaudry, Directeur du PAS de la rue (Personnes âgées sans domicile fixe ou en situation de précarité – Montréal)
  • Gilles Strasbourg, porte-parole du dépanneur Sylvestre (Inclusion sociale de divers groupes marginalisés)

Témoignages

  • Mélissa Desjardins, atteinte de sclérose en plaques, témoignera de l’effritement social dans le contexte d’une perte progressive de mobilité.
  • Nathalie Charette, témoignera de l’extraordinaire initiative de formation et d’intégration sociale « La Boutique des 121 trésors » à Buckingham
  • Stéphanie Gauthier, T.E.S  (technicienne en éducation spécialisée) en réadaptation physique nous donnera un aperçu des difficultés d’intégration sociale des personnes ayant une déficience motrice ou cognitive suite à une maladie ou à un traumatisme.

Nadia Fleury, travailleuse sociale (sur la ligne Info-Social (811) du CISSSO) présentera les panélistes et Gilles Strasbourg animera la période de questions.

De nombreux organismes de la région
ont été invités à la rencontre et à intervenir durant la période de questions.

_______

La réflexion des panélistes s’articulera autour des questions suivantes :

  • Comment réapprendre à « vivre ensemble » en incluant les plus marginalisés, dans un contexte de compressions budgétaires et de réductions de services?
  • Comment intégrer dans des projets de vie communautaire les groupes les plus marginalisés, handicapés, personnes ayant une déficience intellectuelle, personnes âgées en perte de moyens ou d’autonomie, personnes démunies et nouveaux arrivants?
  • Comment briser l’isolement social croissant de personnes ayant perdu toute forme d’appartenance familiale, professionnelle ou sociale dans une société dominée par des valeurs individualistes?
  • Comment innover et favoriser des initiatives de « vivre ensemble » réellement inclusives, intergénérationnelles et multisectorielles ?

 

Mise en contexte

Il devient de plus en plus évident qu’au cours des prochaines décennies, les organismes auront à apprendre à « faire plus avec moins ».  Dans un contexte de vieillissement et d’appauvrissement de la population, de frilosité économique, de compressions budgétaires et de réductions de services, la société québécoise aura plus que jamais besoin d’initiatives sociales innovatrices pour maintenir la qualité de vie de la collectivité, et en particulier celle des personnes les plus vulnérables ou marginalisées.

Comment éviter la régression sociale et, au contraire, avancer vers une société à la fois plus inclusive et adaptée aux défis contemporains afin d’offrir les meilleures réponses aux besoins des communautés?

Si dans un tel contexte, la responsabilité de développer de nouvelles approches peut paraître beaucoup trop lourde pour un seul organisme, les partenariats intersectoriels offrent pour leur part  des opportunités uniques de décloisonner les silos organisationnels afin d’augmenter l’impact social. La concertation et la collaboration entre les organismes ayant des missions complémentaires entrainent inévitablement des retombées fructueuses, autant au profit de groupes spécifiques qu’en ce qui concerne l’ensemble de la population.

C’est ce chemin de synergie qu’empruntent déjà plusieurs innovations sociales au pays, profitant généralement autant au bien être économique des collectivités qu’à une augmentation de l’inclusion sociale et de la qualité de vie.

En août 2016, à l’occasion du Forum social mondial qui se tenait à Montréal, plusieurs organismes, dont le  dépanneur Sylvestre et L’Arche Canada, participaient à une première table ronde sur le « Vivre ensemble » avec plusieurs autres organismes et invités.  Les panélistes et participants ont unanimement souhaité que ce processus de réflexion intersectoriel se perpétue au travers d’autres rencontres impliquant une variété d’organismes dans diverses régions. La première table ronde en Outaouais, qui empruntera la formule d’un 5 à 8 regroupant plusieurs personnalités de la scène sociale ainsi que divers organismes, se veut une réponse constructive en ce sens.

Un rendez-vous à ne pas manquer,  jeudi 3 novembre à 17 h !

________